Qu’est-ce que cela signifie de produire des outils de médiation inclusifs en 2020 ?

Jean-Pierre Chabrol, Laurent Bourdereau et Laetitia vous présentent comment produire un outil de médiation 100 % inclusif.

 

Ciprian Melian, CEO Livdéo: solutions de médiations numériques inclusives sans contrainte pour les musées, galeries, tourismes et patrimoines. 

Cirprian Melia : « Les outils de médiation à travers les solutions inclusives permettent d’apporter des réponses globales aux contraintes actuelles des visiteurs modernes. Les solutions de médiations inclusives prennent en considération les différentes typologies de publics, selon leurs dimensions multilingues et les différents niveaux de handicap à travers une seule et unique application d’aide à la visite. 

La culture est un vivier, un élément vital d’une société dynamique, la technologie doit permettre à tous d’accéder à une expérience cohérente et simple, la technologie ne doit pas être un frein, mais au contraire au service des publics en situation, pour une méditation culturelle, car évidemment, le sujet central est la médiation culturelle dans les musées dans les établissements de culture. » 

 

L’inclusion à travers la couche digitale

Ciprian Melian : « Grâce aux solutions déployées par Livdéo depuis cinq ans, l’ensemble des publics ont accès, durant leur visite, au digital de manière simple, sans aucune contrainte. 

Les visiteurs peuvent y accéder directement de leur smartphone sans avoir accès à une connexion internet et sans application à télécharger tout en ayant une accessibilité universelle. 

Plus d’un milliard de personnes sont touchées par des situations de handicap en ce qui concerne l’accessibilité, que ce soit au niveau de la dimension linguistique pour les visiteurs étrangers, le type de handicap ou pour les publics adultes et enfants avec des niveaux de compréhensions différentes. 

À noter que 80 % des utilisateurs ne souhaitent plus télécharger une application pour un usage unique dans les musées. » 

 

L’utilisation des outils de médiations inclusifs dans un musée d’art contemporain

Interview : Jean-Pierre Chabrol, Head of Digital Media, Museum of Contemporary Art Australia 

La demande : l’intégration d’un outil accessible et adapté à l’ensemble des publics, avec comme objectifs d’avoir une unité de traitement entre les œuvres, les macros œuvres et les équipements vidéo qui également un sens dans la médiation. 

Les solutions apportées grâce aux outils de médiations inclusifs

Jean-Pierre Chabrol : « Les visiteurs scannent les œuvres pour accéder directement à l’audio guide et connaître les détails de celle-ci. 

Nous avons créé deux langues ainsi que la “soft interaction”, les gens ont la possibilité d’interagir avec les œuvres. Pour améliorer le système, nous sommes en train d’analyser les données pour simplifier l’interface. Nous réfléchissions à la façon dont nous pouvons l’intégrer dans d’autres domaines, ou comment intégrer plusieurs histoires dans une seule et même œuvre. » 

 

L’utilisation des outils de médiations inclusifs dans un musée de marque

Laurent Bourdereau — Directeur de la Maison de la Vache qui Rit 

La demande : mettre en place un projet de médiation numérique à la Maison de la Vache qui Rit, musée du groupe Bel où l’accueil du public est lié, au lieu expérientiel avec une démarche produit et d’innovation produit.

En 2009, la maison de la Vache qui Rit a été créée dans le but de présenter aux visiteurs et notamment les familles, l’histoire de la marque, ses évolutions ainsi que ses produits. 

Laurent Bourdereau : « Ici, il faut prendre en compte les différents types visiteurs dans un parcours de visite qui dure environ 2 h. Un outil immersif est une bonne formule pour ce type de musée à la fois pour s’adapter à l’âge, mais également à la typologie de publics, et les supports. L’application nous permet de diffuser une traduction en simultané, les visiteurs ont également la possibilité d’alimenter la découverte des œuvres par des supports supplémentaires : l’application apporte des informations supplémentaires aux visiteurs soit par le biais de films, ou pour les plus curieux des informations complémentaires qui ne sont pas disponibles sur les supports classiques. De même pour les personnes en situation de handicap, elles 

peuvent se réapproprier le lieu, ils sont vraiment guidés. La personne accompagnante est dans une relation avec la personne en situation de handicap beaucoup plus confortable. » 

 

L’utilisation des outils de médiations inclusifs dans un musée de marque pour les publics en situation de handicap 

Laëticia Ouakil, Directrice Interface Handicap 

Le projet : concevoir un guide multimédia pour tous, pour qui et comment. 

Laëticia Ouakil : « Qui sont les personnes en situation de Handicap ? 

Concevoir un guide multimédia pour tous, c’est bien évidemment penser au confort d’usage de tous les utilisateurs tant à la qualité des informations délivrées grâce à cet outil de médiation, que de la situation de handicap, pour avoir accès à ces différents contenus. Nous avons donc la question moteurs, la question des personnes en situation de handicaps auditifs, la question des personnes en situation de handicap mental, et les publics en situation de handicaps visuels. En travaillant en collaboration avec la société Livdéo, nous avons pu faire converger des solutions en adéquation avec les besoins des visiteurs, du musée et de l’économie. 

In fine, au musée de la poste, le parcours est commun à tous, avec différentes informations délivrées au visiteur en fonction du besoin de la personne en situation de handicap. 

Pour un public non voyant, nous avons scénarisé le parcours avec des informations enrichies. Pour les personnes en situation de handicaps mentaux, nous avons simplifié les informations sur un mode d’échange, de questions/réponses. Les phases de tests sont très importantes pour permettre de valider une interface et une simplification en fonction du lieu. 

Le réel avantage de la solution proposée par Vidéo est de pouvoir configurer en amont, et de sélectionner son profil utilisateur. » 

 

La solution sous-jacente à ces trois projets précédemment expliqués

Ciprian Melian : « L’innovation majeure est sans doute la traduction automatique assistée, avec une qualité reconnue à travers différents projets particulièrement à la maison de la Vache qui Rit, mais également la synthèse vocale avec aujourd’hui 24 langues, 6 voix par langues. Nous avons aujourd’hui, ainsi la capacité de l’immédiateté de la création de certains types de contenus pour quelques langues rares. »